RDC : l’occupation des écoles par les déplacés perturbe la scolarité de près de 46 000 enfants dans l’Est

Les hostilités privent la scolarité de près de 46 000 enfants dans l’Est de la RDC, a indiqué mardi 22 novembre le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Cette agence de l’ONU a fait ce constat alors que les combats se poursuivent entre le M23 et les FARDC sur « plusieurs fronts dans les territoires de Nyiragongo et de Rutshuru et entraînant d’importants mouvements de population ».

Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), les salles des classes sont transformées depuis quelques mois en habitations pour ceux qui ont fui la guerre.

Depuis le début de la rentrée scolaire en septembre dernier, de nombreuses écoles sont occupées par des déplacés de guerre.

« L’UNICEF a mené des évaluations rapides dans le territoire de Nyiragongo où les populations déplacées occupent 12 écoles, privant près de 46.000 enfants (46% de filles) de l’accès à leurs écoles situées dans les communautés d’accueil », a indiqué cette agence onusienne.

Elle dit poursuivre le plaidoyer pour la libération des écoles occupées dans cette zone.

A ce jour, le nombre d’enfants directement affectés par le conflit armé ne cesse d’augmenter.

Des espaces d’apprentissage temporairesPlus de 52 000 enfants en âge d’être scolarisés (46% de filles) sont déplacés dans le territoire de Nyiragongo.

En étroite collaboration avec ses partenaires, l’UNICEF apporte des réponses pour assurer la continuité de l’accès et de l’apprentissage pour environ 2.000 enfants et jeunes adolescents en âge d’être scolarisés.

Cela passe par la mise en place de 18 espaces d’apprentissage temporaires, la fourniture de fournitures scolaires pour les élèves et de kits d’enseignement pour 36 enseignants. En outre, un renforcement des capacités de 36 enseignants en matière de pédagogie centrée sur l’enfant et de soutien psychosocial est prévu.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  Maroc: les réseaux sociaux en deuil après la mort de Mariem, avortée clandestinement suite à un viol

Compte tenu de l’évolution rapide de la situation sur le terrain, l’UNICEF va étendre son plan d’intervention dans les semaines à venir pour répondre aux besoins urgents d’environ 20.000 enfants supplémentaires touchés par la crise.

Depuis fin mai, quand de violents combats ont éclaté entre l’armée de RDC et les rebelles du M23 dans le Nord-Kivu (est), plusieurs manifestations ont été organisées.

Défaite en 2013 par l’armée congolaise et les Casques bleus, la rébellion du M23 (Mouvement du 23 mars) a repris les armes en fin d’année dernière, s’emparant en juin de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda.

Laisser un commentaire