RDC: Combien gagnent réellement les députés congolais ? L’analyste politique Trésor Kibangula répond aux questions

Comment réagissez-vous aux propos de Martin Fayulu sur le salaire des députés ?

Ce n’est pas surprenant, on savait déjà depuis quelque temps que le député congolais était grassement payé, mais c’est vrai que le fait de le dire avec des chiffres avancés, ça a scandalisé beaucoup de personnes en RDC parce qu’on a tout de suite comparé au salaire moyen des citoyens, des fonctionnaires, des médecins, des soldats qui sont actuellement au front et c’est très choquant.

C’est-à-dire que vous estimez vous aussi que depuis janvier 2022 les députés congolais sont payés à hauteur de 21 000 dollars par mois ?C’est difficile de donner une réponse tranchée à cette question.

Des députés eux-mêmes avancent des chiffres très différents les uns des autres.

Alors, si on veut être précis et au regard des témoignages et des fiches de paie qu’on a pu collecter, le salaire du député congolais varie entre 16 millions et 18 millions de francs congolais par moments.

Donc, 18 millions on est déjà autour de 9000 dollars américains.

Aux côtés de ces émoluments il y a d’autres rubriques qui s’ajoutent, notamment une rubrique très intéressante et très controversée qu’on appelle « les invisibles », c’est comme si c’était des sommes qui ne sont pas traçables, et là on est encore autour des 8000 dollars américains.

Il y a des frais de transport, des frais de logement, des frais de communication, et certains députés nous ont dit qu’ils arrivent à toucher autour des 19 000 dollars.

Mais le problème maintenant c’est que ce n’est pas tout comme avantage.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  RDC: Démission d'un conseiller du Chef de l'Etat Tshisekedi sur fond d'accusation de corruption

Lorsque les députés congolais partent en vacances, le bureau de l’Assemblée nationale ajoute d’autres frais, c’est-à-dire les frais pour payer des billets d’avion pour lui, sa femme ou peut être ses assistants parlementaires, mais aussi une rubrique que l’actuel bureau a ajouté qui pose aussi problème, qui fait débat : c’est ce qu’on appelle les réserves parlementaires, on estime que lorsqu’un député part en vacances parlementaires, il doit avoir des moyens suffisants pour subvenir aux besoins de ses électeurs qui pourraient venir comme ça le solliciter.

Et là, la rémunération globale au moment où le député est en train de partir en vacances, le député peut atteindre autour des 21 000 voire 25 000 dollars américains, selon les cas.

Et quels sont les députés qui touchent ce type de salaire ? Ce sont surtout ceux de la majorité ?On ne sait pas aujourd’hui dire clairement avec des preuves à l’appui, qui touche ces 21 000 à 25 000 dollars américains, mais des témoignages qu’on a recueillis, ils sont parfois de la majorité, mais il y a aussi des députés de l’opposition. Donc, la problématique ici, je pense qu’elle se trouve au niveau de l’opacité qui entoure un peu la rémunération des députés, mais c’est juste un cas parmi tant d’autres.

Lorsque qu’on s’interroge sur le salaire des autorités politiques en RDC, il y a toujours ce voile d’opacité, personne ne sait combien touche le président de la République, personne ne sait aujourd’hui combien touche même le président de l’Assemblée nationale.

Lorsqu’on discute avec certains membres du bureau passé ou actuel de l’Assemblée nationale, on atteint des chiffres vertigineux, on parle là de centaines de milliers de dollars par mois.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  Manifestations anti-Monusco : Le N°2 de l'ONU a été reçu par Félix Tshisekedi

Martin Fayulu parle de corruption à grande échelle, de gabegie, de pillage des finances publiques.

Si les députés touchent effectivement de telles sommes, est-ce que cela s’apparente forcément à de la corruption ou à du favoritisme ? Est-ce que déjà c’est un délit selon vous ?

Moi, je pense que c’est un système, un système politique congolais est fait de telle sorte que les élus ou ceux qui ont une portion du pouvoir puissent s’emparer des richesses sociales, des fonds publics, c’est-à-dire que c’est un système de prédation qui existe au Congo depuis des années.

Malheureusement, ce régime n’a pas pu démanteler ce système de prédation qui existe, avec un budget qui lui-même est l’instrument de ces prédations parce que le budget accorde beaucoup d’avantages aux rémunérations des fonctions politiques, au détriment des rubriques qui concernent les politiques sociales. Tout le problème est là.

Le problème, c’est le problème du système qu’il faut vraiment démanteler et essayer de corriger.

Laisser un commentaire