RDC : 75 militaires arrêtés après l’interpellation du général Philémon Yav

Suite à l’arrestation, lundi 19 septembre, du général Philémon Yav, des appels au soulèvement ont été entendus.

Mais pour l’archevêque Abel Diur Yav, de l’église évangéliste à Lubumbashi, il faut plutôt appeler au calme :« S’il est coupable, je crois que la justice devrait faire son travail. S’il est innocent, la justice fera aussi son travail.

Mais une manipulation voulant indexer ces arrestations à une question régionaliste ou tribale, là nous nous inscrivons en faux.

C’est chercher une déstabilisation de la République et vouloir saper le travail qu’est en train de faire le chef de l’État, ainsi qu’à la construction d’un État de droit. »

L’officier supérieur, qui dirige la troisième zone de défense, aurait été en contact avec l’ennemi pour faciliter l’entrée des rebelles du M23 dans la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, une des cinq provinces sous son contrôle.

Jusqu’à son interpellation, Philémon Yav était également commandant des opérations contre les groupes armés dans la Tshopo, en Ituri, au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et au Maniema.

Commandant du secteur opérationnel en Ituri, le général Chirimwami a, lui aussi, été aperçu à la prison centrale de Makala.

Et, selon des sources concordantes, plusieurs autres interpellations ont eu lieu dans le Kivu, mais aussi dans la province du Lualaba, où les Forces armées de la république démocratique du Congo ont mené, mercredi 21 septembre, une opération spéciale dans l’hôtel du général Philémon Yav.

Laisser un commentaire