Pomme de terre : les plus mauvais rendements depuis 20ans

La pomme de terre se serait bien passée d’un tel été et d’une telle rentrée : la sécheresse a perturbé toute la filière.

En Belgique, en France et en Allemagne, les rendements des variétés destinées à l’industrie ont baissé, voire chuté.

Dans l’Hexagone, on s’oriente vers la récolte la plus basse, en rendement, des 20 dernières années, confirme l’UNPT (l’Union nationale des producteurs de pommes de terre).

À tel point que certains producteurs se demandent si le prix des contrats va pouvoir couvrir les coûts de production et s’ils cultiveront autant de pommes de terre l’année prochaine.

Planter des tubercules demande en effet beaucoup de trésorerie, le choix d’une autre culture pourrait se poser.

La chasse au bon calibre a commencéEn face, la demande des industriels ne faiblit pas et ils cherchent même au contraire plus que jamais à garantir leurs approvisionnements.

Mais auront-ils assez de volume cette année et d’assez gros calibres ? La météo a affecté la taille des tubercules.

« Il faut donc s’attendre à une grosse tension sur les pommes de terre “fritables” », comme on dit dans le jargon.

On ne fait pas des frites avec des diamètres de 3 cm, explique un expert.

Ou alors des petites frites, qui ne seront plus conformes au cahier des charges signé entre les producteurs et les transformateurs.

Stocker des plants de pommes de terre coûte de plus en plus cherLes rendements sont aussi en baisse chez les producteurs de plants de pommes de terre, -10% selon les premières évaluations de Fédération des plants de pommes de terre.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  Coupe du Monde 2022 : Maître Gims et Ozuna sont les compositeurs de l'hymne

Il n’y aura pas de pénurie des plants cette année, mais des plants plus chers à cause des coûts de production.

Il faut compter 100 à 150 euros de plus par tonne de plants exportée hors Union européenne.

Une augmentation qui a de quoi préoccuper les gros importateurs tels que l’Algérie et l’Égypte.

À eux seuls, les Égyptiens achètent entre 100 et 120 000 tonnes de plants européens chaque année.

Et cet hiver, le cauchemar devrait continuer : les plants de pommes de terre sont en effet stockés au froid pendant plusieurs mois. Qui dit froid dit électricité.

Les coûts de stockage des plants ont été multipliés par trois et les professionnels craignent encore de nouvelles augmentations.

Laisser un commentaire