Nord-Kivu : le Conseil de sécurité de l’ONU exige la cessation des hostilités

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne fermement la reprise des attaques des rebelles du M23 au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), et les avancées du M23 vers la ville de Goma et dans d’autres zones, aggravant l’instabilité dans la région et exacerbant la situation humanitaire actuelle.

Dans une déclaration à la presse publiée mardi 22 novembre, les membres du Conseil ont exigé la cessation immédiate des hostilités et de toute nouvelle avancée du M23 et son retrait de toutes les zones occupées.

Dans cette déclaration, les membres du Conseil de sécurité ont souligné  »les engagements pris par la région dans le cadre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région de ne pas tolérer ni fournir d’assistance ou de soutien de quelque nature que ce soit aux groupes armés ».

Ils ont ainsi appelé à l’arrêt de tout soutien extérieur aux acteurs armés non étatiques, y compris le M23.

Sur le plan humanitaire, les membres du Conseil se sont déclarés profondément préoccupés par le nombre croissant de personnes déplacées et de réfugiés et ont appelé toutes les parties, en particulier le M23, à permettre un accès humanitaire sûr, rapide et sans entrave à ceux qui en ont besoin, et de s’abstenir de toute violence contre les civils.

Ils ont appelé également la communauté internationale à accroître son soutien au gouvernement congolais pour faire face à la crise humanitaire.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur soutien aux efforts régionaux déployés par les chefs d’État de la Communauté de l’Afrique de l’Est dans le cadre du processus de Nairobi et par le Président angolais pour rétablir la confiance, résoudre les différends par le dialogue et trouver une paix et une sécurité durables.

Laisser un commentaire