Le collectif des mouvements citoyens dénommé justice pour tous recommande au président de l’Assemblée nationale de dénoncer les députés qui seraient impliqués dans l’insécurité à l’Est

Collectif des mouvements citoyens dénommé « Justice pour tous » a recommandé, vendredi 9 septembre, au président de l’Assemblée nationale de dénoncer les députés qui seraient impliqués dans l’insécurité dans l’Est du pays.

Cette organisation est d’avis que la dénonciation de Christophe Mboso fera en sorte que le processus soit enclenché pour que ces élus répondent de leurs actes devant la justice.

Le secrétaire de « Justice pour tous », Joel Ituka, s’indigne de la persistance de l’occupation de Bunagana par les rebelles du M23 et des tueries à répétition en Ituri :« Trois mois jour pour jour Bunagana (le 13 juin) [NDLR : est sous l’occupation], l’Ituri est sous menace de CODECO et ADF.

Nous nous demandons pourquoi le président de l’Assemblée nationale n’a pas encore publié la liste des députés nationaux membres des groupes armés ? »

Cet activiste du mouvement citoyen se dit également obligé de faire pression sur les porteurs du pouvoir du peuple pour que la solution soit trouvée dans l’Est du pays.

« Justice pour tous » regroupe à son sein les mouvements citoyens : Mwana Mboka, Jeune leader, Mouvement du 30 juin et Jeunesse en action.

Dans une plénière à huis clos, tenue en juin dernier, Christophe Mboso avait menacé de présenter devant la justice les noms des élus qui seraient impliqués dans les conflits armés dans l’Est du pays.

Laisser un commentaire