Joe Biden-Cyril Ramaphosa, une rencontre pour dépasser les divergences

Quand les États-Unis parlent avec l’Afrique du Sud, c’est aussi au continent africain qu’ils s’adressent.

Joe Biden et Cyril Ramaphosa devraient donc évoquer, au cours de leur entrevue prévue à la Maison Blanche ce vendredi 16 septembre, les sujets qui fâchent en Afrique.

Au programme des discussions donc : le changement climatique et le soutien à la transition énergétique, la menace du terrorisme islamique dans le nord du Mozambique, l’insécurité alimentaire provoquée par la guerre en Ukraine, et bien sûr la guerre en Ukraine elle-même.

L’Afrique du Sud conserve une position de non-alignement en totale opposition avec les condamnations des Américains contre la Russie.

Après s’être illustré en dénonçant l’« apartheid vaccinal » dont seraient victimes les pays africains, Cyril Ramaphosa pourrait appeler à ne pas laisser de côté les économies du continent, qui ont souffert de la pandémie.

Mais les intérêts économiques communs dépassent les divergences. Les États-Unis sont le troisième partenaire commercial de l’Afrique du Sud, après la Chine et l’Union européenne.

Plombée par un chômage de masse et fragilisée par deux ans et demi de Covid-19, l’Afrique du Sud doit soigner ses relations.

Après s’être illustré en dénonçant l’« apartheid vaccinal » dont seraient victimes les pays africains, Cyril Ramaphosa pourrait appeler à ne pas laisser de côté les économies du continent, qui ont souffert de la pandémie.

Habitué du G7, le président sud-africain devrait, encore une fois, jouer son rôle d’ambassadeur de l’Afrique.

Laisser un commentaire