Butembo: plus de 600 jeunes désœuvrés formés par une ONG en divers métiers

Six cent trente jeunes désœuvrés de Butembo ont bénéficié d’une formation gratuite en métiers professionnels entre 2019 et 2022.

L’ONG Conseil Norvégien pour les Réfugiés (NRC), qui a facilité cette formation avec l’appui de l’ambassade de Suisse, a présenté son rapport lundi 12 septembre à Butembo.

La formation consistait, d’après l’ONG NRC, à faire en sorte que ces jeunes formés deviennent des membres actifs et engagés dans leur communauté et reçoivent un soutien pour choisir leur transition vers des moyens de subsistance.

Elle avait également été organisé afin de promouvoir l’entreprenariat en luttant contre le chômage dans la communauté.

Ce projet, exécuté dans trois villes du pays (Butembo au Nord-Kivu, Uvira au Sud-Kivu et Kananga au Kasaï-Central), avait ciblé mille huit cents jeunes, dont l’âge varie entre 15 et 24 ans.

Pendant trois ans, les participants ont été formés en coupe et couture, pâtisserie, élevage des bétails, hôtellerie et restauration, menuiserie, mécanique automobile, informatique, coiffure…

L’une des lauréates outillées en coiffure homme et dame, Micheline Katungu, affirme qu’à travers les notions apprises, elle ne pourra pas tremper dans les antivaleurs : « Je suis déjà capable dans le domaine de la coiffure homme et dame, donc arranger les cheveux des hommes et des femmes.

Ce boulot va beaucoup m’aider à subvenir à certaines de mes besoins, mais surtout être autonome, pas être dépendance.

J’encourage donc d’autres femmes à aimer ce genre de boulots».

Le chef du service urbain de la jeunesse de Butembo, Augustin Kalindwe, qui a représenté l’autorité urbaine a cette activité, estime que ce genre d’initiatives devrait se multiplier dans cette région, où, à cause du chômage, la jeunesse est exposée au risque d’intégrer les groupes armés.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  Vidéo: Canada, un Camerounais p0!gna*rde à m00*rt son ex-femme

Les lauréats bénéficieront des kits et moyens pouvant leur permettre de pérenniser leur activité respective, ont indiqué les initiateurs du projet.

Laisser un commentaire