Butembo : L’armée dresse un bilan provisoire de 5 policiers tués et 3 Jeeps incendiées

Le bilan des heurts qui ont éclaté vendredi 13 août 2022, à Butembo au Nord-Kivu, s’est alourdi. Il passe de 5 à 6 éléments de forces de sécurité tués lors des échauffourées de vendredi. La dernière victime est un militaire des forces armées ( FARDC), qui a été tué par la justice populaire, vendredi soir, à Kalimbuthe, sur le boulevard principal de Butembo.

Le mobile du lynchage du militaire n’est pas encore connu mais, selon certaines personnes qui ont vécu l’horrible scène, le soldat n’a pas obtempéré à l’ordre des jeunes manifestants qui étaient en train de fouiller un véhicule qui revenait de Goma.

Peu avant dans la matinée du vendredi 13 août 2022, 5 éléments de la police ont été tués, 3 véhicules brûlés et 8 armes récupérées par la population.

La situation reste toujours tendue

Les heurts violents survenus à la barrière de Kangothe entre les forces de défense et de sécurité aux jeunes manifestants ont viré au drame. A la base de l’incident, selon une source indépendante, le passage d’un convoi des véhicules de la Monusco, à la barrière précitée. Des manifestants qui exigent le départ de la Mission onusienne, se sont attaqués aux agents de sécurité commis à la barrière de Kangothe.

Le porte-parole des opérations Sokola 1 Grand Nord, le capitaine Antony Mwalushayi, dresse un bilan de 5 policiers tués lors des affrontements, trois jeeps de la police incendiées et 8 armes récupérées par la population. Sans toutefois donner l’identité des auteurs, l’officier a confirmé à Ouragan.cd que la situation a été totalement maîtrisée par les forces de sécurité, quelques heures après les incidents malheureux.

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER  L'Ouganda a commencé à payer les dommages accordés par la CIJ à la RDC

« La situation reste toujours tendue mais les FARDC contrôlent totalement la situation. Le bilan provisoire fait état de 5 éléments de la police tués, 3 jeeps PNC incendiées et 8 armes récupérées par la population », a-t-il expliqué.

D’autres sources indiquent que les manifestants ont dénoncé les propos tenus par le porte-parole des opérations Sokola 1 grand Nord, Antony Mwalushayi, après l’attaque de la prison centrale de Kangwangura, qualifiant la ville de Butembo d’un sanctuaire des “miliciens Mai-mai”.

Conséquence de cette tension restée perceptible toute la journée de vendredi à Butembo, les activités socio-économiques sont paralysées à Butembo. La circulation sur la route Beni – Butembo a été aussi interrompue.

Dans la nuit de mardi à mercredi 10 août 2022, les rebelles ougandais de Forces démocratiques alliées (Adf) avaient attaqué la prison centrale de Kangwangura, provoquant ainsi l’évasion des centaines de prisonniers et détenus. Depuis lors, la situation reste confuse dans la ville de Butembo.

Source: Mediacongo.net

Yves Andema
Yves Andema

Un ingénieur en informatique | Rédacteur de contenu | Blogueur | Concepteur Web | | Un supporter du Real Madrid FC. Je suis toujours entrain de tester les nouvelles choses en rapport avec le web et le nouvelles technologies

Publications: 316

Laisser un commentaire